MONNAIES-RARES

    Accueil

 Essais pré-séries et raretés France XXème

 France XIXème

 €uros

  Vente

 Recherche

 Forum

 Publications

 Liens

 Contact

 

 

 DEBUT DU FORUM : autres sujets

 

 

 Les coffrets des Commissions Monétaires

 Le coffret des préséries et essais Or de 1 F et 5 F 1959  nouveau, inédit !

 

 Le coffret officiel d'essais au module de l'€ mis à jour

 

 FORUM 2 : les coffrets des Commissions Monétaires

   Page mise à jour le : 19 octobre 2013

 CONTACT

 

 

Nous consacrons cette page du forum à ces très intéressants objets de musée que sont les coffrets d'étude remis aux membres des Commissions Monétaires pour leurs travaux, commissions constituées pour l'étude d'un nouveau type monétaire.

Chacun d'entre eux reflète un état d'avancement différent du travail de la Commission.

NB : déjà rares de par le nombre de membres de la Commission, de l'ordre d'une dizaine, ces coffrets n'avaient pas vocation, en règle générale, à être sortis du cadres des réunions de travail, d'où leur très faible nombre dans les grandes collections d'aujourd'hui.

Nous intégrons ici le coffret officiel d'essais de frappe au module de l'€, qui semble s'inscrire dans la lignée des coffrets pour les Commissions Monétaires.

  

 

 Commission Monétaire de 1959 pour la création des types du Nouveau Franc

 Coffret d’hommage de la 1 F et 5 F 1959 présérie et essai or nouveau, inédit !

 

 Commission Monétaire de 1973 pour l'étude d'une nouvelle pièce de 10 F

 

 Commission Monétaire de 1977 pour l'étude d'une nouvelle pièce de 2 F

 

 Coffret officiel d'essais de frappe au module de l'€ 9 pièces et 8 pièces (1992) nouveau, inédit !

 

 

Commission Monétaire de 1959
pour la création des types monétaires du Nouveau Franc

Boîte originale de travail de la commission monétaire de 1959 pour la création des types du Nouveau Franc
"Caractéristiques des monnaies"

Nous reproduirons ici in extenso l'excellent commentaire de la CGF publié dans le cadre de la VSO XVI du 31 décembre 2002, n° 1913, prix final 4000 euros (© CGF).

"Luxueuse boîte de présentation doublée en cuir, l'intérieur en velours vert avec des emplacements en creux pour les monnaies, portant en lettres dorées sur le plat extérieur "CARACTÉRISTIQUES DES MONNAIES".
Elle contient des flans monétaires, marqués à l'avers "MONNAIE DE PARIS" et les différents monétaires "chouette" et "corne d'abondance" et au revers "ESSAI DE FRAPPE", aux caractéristiques suivantes :

a) 16,5 mm, aluminium, 0,65 g, tranche lisse, module de la 1 centime F.106 (un essai en aluminium cité dans le Gadoury 1989 en 16 mm). [cf VSO Kolsky 800]

b) 19 mm, aluminium, 0,93 g, tranche lisse, module de la 5 centimes F.124, (aucun essai en aluminium cité dans le Gadoury 1989 ni en 2 centimes, ni en 5 centimes) mais nous connaissons une pré-série de 2 centimes Épi sur flan de 5 centimes en aluminium de 19 mm et 0,92 g publiée dans MONNAIES IV sous le n° 1755 qui correspond parfaitement : cet essai de fappe est donc celui d'une deux centimes F.111. [cf VSO Kolsky 798]

c) 17,5 mm, bronze-aluminium ou cupro-aluminium, 2,17 g, tranche lisse, probablement module de 5 centimes bronze-alu F.125 (qui mesure 17 mm et non pas 17,5 mm).
[cf VSO Kolsky 824]

d) un emplacement vide en creux, prévu pour un diamètre de 20 mm, emplacement possible d'un flan de 10 centimes F.144.
[cf VSO Kolsky 1251]

e) 22,5 mm, bronze-aluminium ou cupro-aluminium, 4,00 g, tranche lisse, probablement module de 20 centimes F.156 (qui mesure 23,5 mm et non pas 22,5 mm).
[VSO Kolsky 2245]

f) 21 mm, nickel, 3,70 g, tranche striée, probablement module du 1/2 franc F.198 (qui mesure 19,5 mm et non pas 21 mm).
[sauf module 21,5 mm cf VSO Kolsky 1300 bz-alu Ø 21,5mm 3.32 g - 1301 cu-ni Ø 21,5mm 3.7 g]
[sauf poids 4 g, cf VSO Kolsky 1249 ni Ø 21 mm 4 g - 1250 bz-alu Ø 21 mm 2,9 g]

g) un emplacement vide en creux, prévu pour un diamètre de 24 mm, emplacement possible d'un flan de 1 franc F.226.
[VSO Kolsky 2246 alu Ø 24 mm, 1.5 g - Kolsky 2247 bronze-alu Ø 24 mm, 4.99 g]
[VSO Kolsky 2248 bronze-alu Ø 25 mm, 5.9 g, module de la 50 c bronze-alu]
[VSO Kolsky 3463 nk Ø 25 mm 6.78 g uniface présenté comme module de la 100 F Panthéon, mais le différent chouette indiquerait plutôt qu'il s'agit du module de la 50 c bronze-alu ?]

h) 26 mm, argent, 8,73 g, tranche striée, probablement module de la 2 francs frappée en essai en 1959 (qui mesure 27 mm et non pas 26 mm) [erreur, la 2 F 1959 essai mesure bien 26 mm] cet essai de frappe est référencé en nickel à 7,5g et 26,5 mm dans le Gadoury 1989 sous le numéro 541 et daté de 1977. Notre boîte prouve que son exemplaire date manifestement de la 2 francs de 1959 et non pas de celle de 1977.
[VSO Kolsky 2277 cu-nk Ø 25,5 mm 5.93 g, 2278 cu-nk Ø 25 mm 5.99 g]
[VSO Kolsky 2514 ag Ø 26 mm 8.64 g, 2515 ni Ø 26 mm 8.45 g au module de 2 F 1959]
[VSO Kolsky 2519 ni Ø 27,5mm 8.51 g au module de 2 F 1977 + 2535 à 2539 essais de tranches]

i) 29 mm, argent, 12,17 g, tranche striée, module de la 5 francs Semeuse F.340.
[VSO Kolsky 3264 alu Ø 37 mm 7.25 g au module de 10 F Hercule]

Un seul de ces essais de frappe est répertorié dans le Gadoury 1989, le module de 2 francs.
[La plupart sont présentés individuellement dans la VSO Kolsky, cf références ci-dessus].

Commentaires à propos de cet exemplaire :
De la même manière que l'étude d'un trésor, par le simple fait que des monnaies sont groupées selon une logique d'origine, permet de comprendre mieux la structure des émissions que la simple observation des mêmes monnaies isolées, l'étude de cette boîte fait vraiment avancer nos connaissances sur les projets monétaires qui ont accompagné le Nouveau Franc.
Elle nous permet de corriger des erreurs de classement commises dans la vente des mêmes Frappes d'Essai dans la collection Kolsky, MONNAIES VI et de changer la datation de la frappe d'essai de 2 francs, référencée par Victor Gadoury sous le n°541.

Cette boîte doit être la première qui fut remise à la Commission Monétaire en 1959 et les choix définitifs (métal des 1 et 5 centimes, existence de la 2 francs, diamètres définitifs des 5, 10 et 20 centimes, création d'une 50 centimes "intérimaire" , choix des tranches définitives avec 5 francs en relief et striures larges sur les 1 et 2 francs).

La boîte récapitulative "finale" fut celle vendue dans MONNAIES IV, numéro 1753 [voir photo ci-dessous], qui comportait neuf pièces dans leurs versions "définitives" et fut certainement distribuée en 1962 (manque la 5 centimes Lagriffoul dont un essai de frappe se trouve pourtant dans notre boîte (c).

On constate que la 2 centimes et la 2 francs qui ne furent finalement pas fabriquées se trouvent néanmoins tant dans la boîte d'essais de frappe "initiale" que dans la boîte d'hommage "définitive"..

Commentaires à propos de ce type monétaire :

La datation de cette boîte à 1959 repose sur plusieurs recoupements. Par le différent du droit de ces essais de frappe, chouette de Raymond Joly, nous savons qu'ils ne peuvent être antérieurs à octobre 1958. Nous savons aussi que la boîte est antérieure à 1966 car nous trouvons dans la collection Kolsky, MONNAIES VI, n° 2010, Gadoury 1989, 428, un essai de frappe en nickel au poids et au diamètre du 1/2 franc Semeuse d'un modèle complètement différent du nôtre et daté de 1966. Constatons au passage la bizarrerie de fabriquer en 1966 un essai de frappe d'une pièce dont deux cent millions d'exemplaires ont déjà été frappés...

Concernant les essais de frappe de cette boîte nous disposons d'éléments de comparaison avec des essais de la collection Kolsky, MONNAIES VI.

Pour les aluminiums nous avons les numéros [VSO Kolsky, essais de frappe] 798 à 800, 19mm, 17 mm, 16,5 mm, où le n°800 est rigoureusement identique à notre a) qui est donc mal classé dans MONNAIES VI où nous l'avions considéré comme un essai de frappe et de métal de la 5 centimes F.125.

Nous connaissons une pré-série de 2 centimes Épi sur flan de 5 centimes en aluminium de 19 mm et 0,92 g publiée dans MONNAIES IV sous le n° 1755 qui correspond parfaitement à notre b) : cet essai de frappe est donc celui d'une deux centimes F.111.

Pour les bronze-aluminium, nous trouvons un équivalent exact à notre c) sous le numéro 824 de la collection Kolsky, déjà répertorié comme essai de frappe de 5 centimes Lagriffoul, et peut-être l'occupant d'origine du d) avec le n°1300 (Br-Al, 21,5 mm, 3,32 g, tranche striée), déjà référencée comme un essai de frappe de 10 centimes Lagriffoul.

En revanche, nous n'avons trouvé aucune trace d'un équivalent de notre e) qu'il faut pourtant rapprocher de la 20 centimes Lagriffoul qui sera frappée en 1962.

Nous n'avons rien trouvé concernant les essais de frappe de 50 centimes (notre f) ni la 1 franc, manquant en g).

En revanche concernant le module de 2 francs, nous avons dans MONNAIES IV, n° 1764, un essai de frappe identique à ceux de notre boîte, provenant d'une vente Bourgey du 15 juin 1978, en nickel au diamètre de 25 mm, daté par erreur de 1977. Il pourrait aussi bien s'agir d'un essai de frappe de 1 franc (+ 1 mm) que d'un essai de frappe de 2 francs (- 2mm) : il existe des frappes et essais en nickel aussi bien pour un valeur que pour l'autre.

Le module de cinq francs est identique à la version finale sauf la tranche qui est en striures fines , la virole LIBERTÉ * ÉGALITÉ * FRATERNITÉ n'ayant certainement pas été encore gravée.

Les conclusions générales et les comparaisons avec les autres essais de frappe que nous connaissons montrent avec certitude que :

- le métal prévu pour les pièces d'un et 2 centimes était l'aluminium et non l'acier. Ceci est logique puisque ces pièces remplaçaient des pièces en aluminium, les 1 et 2 francs Morlon.

- les 10 et 20 centimes Lagriffoul étaient prévus dès 1959 ce qui est d'ailleurs parfaitement logique car ils remplacent respectivement au même poids et au même diamètre les pièces de 10 et 20 francs Guiraud ce qui évitait de changer les monnayeurs de machines à sous. Le retrait des Guiraud n'est d'ailleurs que du 21 août 1969 donc avec une longue période de circulation mixte possible entre ancien et nouveau franc.

- on peut se demander si cette boîte "initiale" a jamais contenu les essais de frappe des 20 centimes Lagriffoul et de la 1 franc. En effet, l'examen à la binoculaire des emplacements ne montre aucune "foulure" du velours qui pourrait laisser penser qu'un jour ces emplacements furent occupés. D'autre part, nous constatons que les boîtes d'hommage "finales" furent remplies sur plusieurs années (dans MONNAIES IV, n°1753, la boîte donnée en 1962, date des 10 et 20 centimes Lagriffoul en essai, contenait aussi les 2 centimes et 2 francs dont on savait en 1962 qu'elles ne seraient jamais frappées : la boîte a donc été conçue pour les emplacements en 1959 et remplie, pièce après pièce, jusqu'en 1962). Rien n'exclut donc que les essais de frappe pour les 20 centimes et 1 franc n'aient simplement pas été prêts quand il fallut remettre la boîte aux membres de la Commission Monétaire en 1959. Cette boîte, destinée à des choix urgents, ne pouvait pas attendre, il est tout à fait possible qu'elle ait été distribuée ainsi.

Si cette boîte éclaire bien des aspects de la série qui couvrira toute la Ve République, elle pose quand même quelques questions et particulièrement la grande question reste la création de la 50 centimes Lagriffoul en 1962 au lieu du 1/2 franc en nickel prévu dans cette boîte de 1959. La 50 centimes Lagriffoul ne correspond pas à la 50 francs Guiraud, elle ne restera pas longtemps en place, le modèle du 1/2 franc étant connu, la Semeuse, on ne comprend pas ce qui retardera sa frappe."

"Monnaies Métalliques
Décret du 22 décembre 1959"

Contient :

- 1 c 1961 essai inox Ø 15 mm (module adopté)
- 2 c 1961 essai inox Ø 17 mm
- 5 c 1961 essai inox Ø 19 mm
- 10 c 1962 essai bz-alu Ø 20 mm
- 20 c 1962 essai bz-alu Ø 23.5 mm
- 50 c 1962 essai bz-alu Ø 25 mm
- 1 F 1959 essai ni Ø 24 mm
- 2 F 1959 argent Ø 26 mm
- 5 F 1959 argent Ø 29 mm

VSO CGF IV (n° 1753):

"les neuf pièces sont présentées dans un écrin pleine peau de cuir vert, avec intérieur de velours vert. Normalement ces boîtes, inscrites en lettres d'or : MONNAIES MÉTALLIQUES/ DÉCRET DU 22 DÉCEMBRE 1959, furent remises aux membres de la Commission Monétaire. Au total une trentaine de boîtes auraient été offertes sans compter quelques officiels. C'est la pièce de 2 Francs en argent qui est la plus rare de cet écrin, car frappée à 100 exemplaires ."

Certainement distribuée en 1962.

                www.monnaies-rares.com

  HAUT DE PAGE

 

 

Coffret d’hommage 1959, présentation
de la 1 F et de la 5 F 1959
préséries et essais Or

Un coffret extraordinaire, probablement unique, de présentation de 4 des plus grandes raretés de la Vème République, les préséries de 1 F et 5 F Semeuse 1959
ainsi que les essais en or de ces mêmes pièces.

A été remis à une très haute personnalité,
probablement le Président de la République de l’époque,
pour présentation des nouveaux types monétaires du Franc Lourd,
dont De Gaulle était avec Antoine Pinay l’artisan.

 

Coffret 1959 1 F et 5 F_2_Tg.jpg

Cliquez sur l’image pour d’autres photos

UNIQUE à ce jour.

"Ce coffret contient 2 préséries sans le mot essai de 1 F et 5 F Semeuse 1959 (la 1 F étant à listel large),
et 2 essais en or de 1 F et 5 F Semeuse 1959.

Exceptionnel.

 www.monnaies-rares.com

  HAUT DE PAGE

 

 

Commission Monétaire de 1973
pour la création d'une nouvelle pièce de 10 F

"Commission d'étude des caractéristiques d'une pièce de 10 francs en métal commun.
Arrêté du ministre de l'Économie et des finances du 1er Juin 1975.
MONNAIE DE PARIS."

VSO CGF VI Kolsky (1/2000) :

"Ce coffret contient 39 essais de frappe en vue de la fabrication de la 10 Francs Mathieu.
Ces études se déclinent en 10 diamètres de 19, 21, 22, 23, 25, 26,5, 28, 31, 33 et 35 mm, avec pour chaque diamètre 2 épaisseurs (2, 2,3, 2,5, 2,8 et 3 mm).
Pour chaque essai 1 exemplaire en nickel et 1 autre en bronze-alu.

Le quarantième élément est un flan brut du futur type adopté.

Il s'agit incontestablement d'un lot exceptionnel, probablement fabriqué à moins de cinq exemplaires pour les membres de la Commission Monétaire et qui peut être considéré comme un objet de Musée."

A l'avers : essai de frappe écrit en circulaire, d + chiffre du diamètre, e + épaisseur
Au revers : Monnaie de Paris
Tranche lisse.

 www.monnaies-rares.com

  HAUT DE PAGE

 

 

Commission Monétaire de 1977
pour la création d'une nouvelle pièce de 2 F

"MONNAIE DE PARIS -
ESSAIS POUR LA COMMISSION D'ÉTUDE D'UNE PIÈCE DE DEUX FRANCS"


 

18 ex

VSO CGF VI Kolsky (1/2000) :

Cette boîte, en cuir havane, est marquée, à l'intérieur du couvercle " MONNAIE DE PARIS - ESSAIS POUR LA COMMISSION D'ÉTUDE D'UNE PIÈCE DE DEUX FRANCS".

Curieusement, si elle contient effectivement trois pièces de 2 francs, on y trouve aussi une 5 francs ( 1977 nickel avec différents, sans le mot ESSAI, tranche striée, listel très très légèrement plus haut que le type normal) et une 1 franc ( 1977 nickel avec différents, sans le mot ESSAI, tranche striée, listel très très légèrement plus large que sur la frappe commune).

Les trois pièces de deux francs présentent les caractérisques suivantes en commun :
nickel, diamètre standard à 26,5 mm, pas de différents monétaires, pas de mot ESSAI, axe à 6 heures.

Leurs particularités respectives sont

a) tranche à onze pans, listel intérieur circulaire, 7,03 g

b) tranche à onze pans, listel circulaire en onze droites, 7,03 g

c) type adopté à tranche cannelée, listel intérieur à huit droites, 7,01 g.

Ces trois exemplaires sont référencés dans le dossier "Semeuse" du FRANC II. Deux d'entre eux (FRANC II, Semeuse, N°47 et N°49) y étaient connus à deux exemplaires et l'un d'entre eux (FRANC II, Semeuse, N°48, listel à onze pans intérieurs arrondis) à un seul. Aucun exemplaire nouveau de ces trois pièces ne nous a été signalé depuis, bien que le FRANC II, vendu à 30.000 exemplaires, ait touché un très large public.

[voir photos en page 2 F]

  www.monnaies-rares.com

  HAUT DE PAGE

 

 

Coffret officiel de 9 essais de frappe "au balancier" au module de l'€
1 c à 5 € (1992)

Coffret inscrit "MONNAIE DE PARIS"
(même type de coffret-livre que les Belle Epreuve)

 

2 ex connus

Ici le premier coffret d'essais de frappe au module de l'€.

Les modules sont ceux adoptés pour l'euro (sauf la 2 €, finalement agrandie suite à la "disparition" du module de 5 €). Les métaux, et par conséquent le poids, ne sont pas ceux finalement adoptés.

Il s'agit d'un coffret qui a servi à mettre au point et à présenter officiellement le projet de monnaies en €, entre les années 1993 et 1995.

La frappe ne peut être précisément datée, ni les pièces ni le coffret n'étant millésimé,
mais plusieurs indices laissent à penser qu’il a été constitué en 1992 :

- les premiers travaux de mise au point de la future monnaie unique ont commencé en 1991

- ce coffret a servi à présenter le projet des pièces d'euro entre 1993 et 1995

- l'€ a été décidé à Nice en 1995

- les caractéristiques métalliques de l’€uro ont été fixées en 1997

- la frappe des € a commencé en France le 11 mai 1998
(la France ayant été la première à commencer la frappe)

- pour mémoire, il a été trouvé par ailleurs un essai de module pour la 2 €cent, en même temps qu'une 10 centimes Marianne 1996 cuivrée, ce qui a permis de dater cet essai de 2 €cent à 1996 :

(module 20 mm poids 3,23 g, soit un module différent du module adopté... mais à la gravure identique à celle de ce coffret. Seule différence visible, le listel plus épais). On peut donc déduire qu'en 1996, étaient encore procédés à des essais de module non adoptés, et que ce coffret est postérieur puisqu'il contient les modules adoptés.

De ces éléments, on peut donc dater ce coffret du second semestre 1996 ou de 1997, plus
probablement 1er semestre 1997
.

Ensuite, il a en effet fallu compter un certain délai pour :

  • affiner et tester les caractéristiques de métal et de tranche (pour les 2 €c, 10 €c, 20 €c, 50 €c, 2 €...)
    Il serait d'ailleurs intéressant de retrouver la date à laquelle les caractéristiques de l'€ ont été décidées par la BCE.
  • fabriquer les poinçons originaux (1 seul poinçon original, en relief, outil de référence au niveau européen, ainsi la Monnaie de Paris a réalisé pour tous les pays le poinçon des pièces de 1€ et 2€).
    Plusieurs pays ont donc sollicités pour que la série complète des poinçons originaux soit fabriquée.
  • réaliser les matrices originales (en creux) à partir du poinçon d'origine, pour fabriquer les poinçons de reproduction, envoyés à Pessac
  • fabriquer les coins de service, utilisés pour la frappe à grande échelle des flans
  • commencer la frappe, donc le 11 mai 1998

La présentation du coffret est soignée, ce qui est normal aux fins de présentation officielle,
avec un boîtier transparent contenant un cartonnage bleu, adapté aux 8 modules et les maintenant parfaitement en place,
le tout dans un livre bleu siglé Monnaie de Paris, du type de ceux utilisés pour les frappes BE annuelles.

 

 La gravure est identique à celle des derniers essais de frappe du franc :

 d'un coté une représentation de l'établissement de frappe de Pessac, avec légendes circulaires
MONNAIE DE PARIS dans un sens, ETABLISSEMENT DE PESSAC dans l'autre sens,
afin que tout soit lisible sans avoir à faire pivoter la pièce.

 

 de l'autre (peut-on parler d'avers et de revers, en l'absence de tout signe habituel permettant de les reconnaître),
une gravure de balancier monétaire, avec légende circulaire :
ESSAI DE FRAPPE MONETAIRE, et le poinçon corne d'abondance de la Régie des Monnaies.

 Frappe monnaie ou médaille ?

on a ici opté pour un méli-mélo jamais rencontré par ailleurs dans l'élaboration d'une série monétaire,
peut-être une preuve amusante de l'hésitation entre la tradition française (frappe monnaie), et la tradition allemande (frappe médaille), et c'est bien cette dernière qui allait l'emporter.

 de 1c à 50c, frappe médaille (180 ° sur un axe vertical)

 de 1€ à 5€, frappe monnaie (180 ° sur un axe horizontal).

 

 Les modules sont pour la plupart ceux adoptés :

C'est le cas pour 1 €cent à 1€, aux 5 centièmes de millimètres près, donc... à nos erreurs de mesure près.

La 2 € a finalement pris 0.45 mm de plus, son module n'étant plus contraint par la présence de la 5 € qui n'a pas vu le jour.

 

 Les métaux et tranches ne sont en général pas ceux adoptés :

On remarque d'abord qu'aucune de ces pièces n'accroche à l'aimant, contrairement au type adopté (1, 2c, 5c, 1€, 2€) : donc ici peu ou pas de nickel ni d'acier, et une forte proportion de cuivre et probablement d'alu.
Celà est tout à fait paradoxal, si on se rappelle la "polémique" lors de la préparation de l'€ : en effet, la France utilisait historiquement massivement le nickel, dont elle disposait en quantité en Nouvelle Calédonie. Or, le nickel étant fortement allergène, d'autres pays militaient pour sa disparition des monnaies de circulation.

Il semble donc que la France ait anticipé dans ces essais, à tort, la diminution ou la disparition du nickel... puisque finalement il sera présent dans la composition des pièces adoptées (10 €c à 2 €) !!
Une analyse plus fine (et si possible non destructive...) des métaux de ces essais serait nécessaire pour en savoir plus, à défaut d'informations techniques sur la fabrication de ces essais, qui ne seront probablement jamais divulguées ni retrouvées.

 pour les modules de 1c, 2c et 5c, la couleur rouge tout à fait semblable à celle de nos euros, indique que le choix du placage cuivre a déjà été fait, mais ici avec peu ou pas d'acier, certainement remplacé par le traditionnel alliage de cuivre et d'alu (pas d'aimantation).
Les tranches sont lisses, ce qui ne sera pas le cas de la 2 eurocent définitive (rainure centrale)

 Pour les modules de 10c, 20c et 50c, on est ici "à côté de la plaque", puisqu'on reste sur des pièces blanches auxquelles nous étions habitués à l'époque, à savoir les 1/2 F, 1F, 2F et 5F semeuse.
Simplement la faible teneur en nickel et acier, et forte teneur en cuivre alu, fait que ces pièces n'accrochent pas à l'aimant. Les tranches sont bien striées, comme leurs "modèles" en franc.
On remarque avec interêt que la tranche striée de la 10 eurocent est exactement la tranche "fautive" reprise en début de fabrication de la
10 eurocent France 1999 "stries fines" , pièce ensuite entièrement difformée pour refonte, dont il subsite quelques exemplaires.

 Pour les modules de 1 € et 2 €, celà est plus ressemblant (sauf toujours le non-aimantage). Les métaux des couronnes et coeur sont visuellement ceux adoptés, sauf qu'ils sont plus larges ici.
Pour les tranches, on a "tout juste" pour la 1€ : striée et lisse en alternance. Mais la 2€ reprend la même striure, ce qui ne sera pas adopté (tranche striée inscrite en creux).

 Enfin l'inattendu module de 5 €, qui prouve que la France "y a cru", jusqu'à en tester la fabrication. On sait (voir Forum-tirages €), que la frappe de la 5 € a finalement été contrecarrée par certains pays peu habitués à ces grosses valeurs, et partisans d'un billet (les mêmes militent actuellement pour l'introduction d'un billet de 1 et 2 €, pendant du dollar américain, car celà contribuerait selon eux à diminuer l'inflation... et à nous salir les doigts : vu l'état lamentable de la plupart des billets de 5 € en circulation, on peut imaginer sans peine l'allure de billets de 2 et de 1€, circulant encore plus que le 5 € !!)

La pièce de 5 € semble avoir à nouveau le vent en poupe, mais maintenant dans une version argentée et non bicolore, pour bien la distinguer de 1 et 2 €, version argentée à laquelle certains pays viennent progressivement, dans le cadre de leurs séries BU ou BE annuelles (ce sera le cas pour le BE France en 2005).

On peut comprendre ici, au premier coup d'oeil, que ce module de 5€ bicolore n'ait pas séduit, au-delà du lobbying de certains pays, car il n'est pas marquant, il se distingue peu de la 2€. Dans sa version en argent grand module (San Marin 2003 et 2004), il devrait avoir plus de succès...

La tranche est ici striée et lisse en alternance, avec 5 séries de 17 stries en creux (alors que la 1€ aura 3 séries de 29 stries en relief, et la 2 € la tranche finement et continument striée).

 Caractéristiques comparées

module

poids

Ø

couronne

tranche

épaisseur

frappe

comparaison type adopté €

1 €cent

2.18 g

16,24 mm

-

lisse

1,5

médaille

2.30 g 16,25 mm

2 €cent

2.88 g

18,80 mm

-

lisse

1,4

médaille

3.06 g 18,75 mm

5 €cent

3.72 g

21,24 mm

-

lisse

1,4

médaille

3.92 g 21,25 mm

10 €cent

4.39 g

19,74 mm

-

striée

2,2

médaille

4.10 g 19,75 mm

20 €cent

5.58 g

22,20 mm

-

striée

2,0

médaille

5.74 g 22,25 mm

50 €cent

6.66 g

24,24 mm

-

striée

2,0

médaille

7.80 g 24,25 mm

1 €

5.95 g

23,30 mm

4 mm

striée & lisse

2,0

monnaie

7.50 g 23,25 mm
(10 FF : 6.5 g 23 mm)

2 €

7.57 g

25,30 mm

4 mm

striée & lisse

2,1

monnaie

8.50 g 25,75 mm

5 €

8.66 g

27,30 mm

5 mm

striée & lisse

2,16

monnaie

(20 FF : 9 g 27mm)

 

Coffret officiel de 8 essais de frappe "au balancier" au module de l'€
1 c à 2 €

 

Coffret inscrit "MONNAIE DE PARIS"
(même type de coffret-livre que les Belle Epreuve)

coffret pessac type 1_3000e - Copie.jpg

 

 

Un 2nd modèle de coffret apparu en 2013,
datant certainement de la même période que le précédent (1992),
mais contenant cette fois les 8 valeurs et non 9 (1c à 2€),
du type 1 et toutes en frappe monnaie.

Ce coffret passé en vente publique n’a pas trouvé preneur à 3000 €,
malgré sa grande rareté (seul exemplaire connu).

 

 

www.monnaies-rares.com

  HAUT DE PAGE

 

 

 RETOUR AU DEBUT DU FORUM : autres sujets

 

 CONTACT

 www.monnaies-rares.com