MONNAIES-RARES

    Accueil

 Essais pré-séries et raretés France XXème

 France XIXème

 €uros

  Vente

 Recherche

 Forum

 Publications

 Liens

 Contact

Les sujets du Forum d'Information et de Discussion sont classés par millésime.

 

 Introduction

 

 Les différents monétaires français depuis 1958

 

 

Le Franc

 

 

 

L'€uro

 

 Les tirages définitifs des Francs 1960-2001 avec tirage réel des commémoratives en F 2000-2001 !

 

 

 

 Les tirages €uros actualisés 1999-2008 et
l'actualité de l'€
+ tirage réel et définitif des BE et commémoratives

 

 

 

 

 

 Les nouveaux €pays Présentation des faces nationales adoptées et dates d'entrée dans l'€uro.

 

 

 

 

 

 La nouvelle face commune (2007) et les préconisations de la BCE sur les faces nationales

                                  

 

 1 F Morlon 1948 Essai

 

 

 

 Essais d'€uros 

 

 100 F Cochet 1959 : 1 exemplaire unique ?  MIS A JOUR !

 

 

 

 Série BU mini-euros Pays-Bas 2002

 

 1 c épi pré-série 1961

 

 

 

 

 

 Récapitulatif des pré-séries de 1c 2c 5c au type épi (millésimes, métaux, modules)

 

 

 

 La création de l'€
ET PROCHAINEMENT : PAGES HISTOIRE DE L’EURO

 

 1/2 F 1964 pré-série petit module

 

 

 

 

 

 5 F et 10 F Semeuse 1969

 

 

 

 

 

 20 F Hercule 1973

 

 

 

 

 

 20 F Hercule 1974 !?

 

 

 

 

 

 1 F Semeuse 1990 argent piéfort - LES PIEFORTS

 

 

 

 

 La naissance de la Semeuse d’Oscar Roty et la 5 Francs 1897/1898

                                                          

 

 Ventes 2006 : Palombo, avalanche de raretés !

 

 

 

 

 

 Ventes 2007 : CGF VSO 30 + Palombo 2007 + inumis

 

 

 

 

 

 

 Les coffrets des Commissions Monétaires

 

 

 

 Le coffret des Essais au Module de l'€ !

 

 

 La naissance de la Semeuse d'Oscar Roty

 

 

 FORUM

   Page mise à jour le : 31 mai 2017

 CONTACT

 

 

Le Forum est un lieu d'information et de discussion courtoise entre collectionneurs, où vos questions, précisions et débats sont les bienvenus.

Les questions concernant les monnaies présentées sur le site sont reprises ici,
sous forme de simple titre si aucune précision n'a encore été apportée.
Pour retrouver les questions posées, vous pouvez cliquer sur le titre.

Faites-nous parvenir vos contributions par e-mail à l'adresse ci-dessus ("contact"),
elles viendront alimenter le forum (apport de précisions, demande de précisions, nouveau sujet)

Vous avez la parole, n'hésitez pas et prenez-la...

 

 

 

Les différents monétaires français depuis 1958 (rappel)

 

Le " Différent " est le poinçon qui garantit la qualité, l’origine et l’authenticité d'une monnaie de collection, médaille ou bijou de la Monnaie de Paris. Pour les fabrications des monnaies, l’ordonnance de 1832 prescrit l’apposition du différent du Directeur. Jusqu’en 1879, ce poinçon était la marque personnelle du Directeur de l’établissement. Puis, à partir du 1er janvier 1880, le différent devint intemporel et figure, depuis cette date, une corne d’abondance.

 

Un autre différent apparaît sur les monnaies, il s’agit de la marque du graveur général (en principe à droite du millésime).
Ces deux poinçons d’identification sont insculpés dans tous les instruments de fabrication des monnaies courantes et de collection. Ils constituent une garantie de l’État, une garantie du titre de l’alliage, de la masse ainsi que la conformité de la pièce émise au modèle original.

Corne d'abondance

Régie des Monnaies

Depuis 1880

Sur toutes les monnaies depuis 1901, en général à gauche du millésime (exception : 1/2 F 1993 sans différents).

Chouette

Raymond Joly

Oct 1958-
Avr 1974

Toutes les pièces de 1974 portent la chouette, sauf la 10 F Mathieu et la 50 F Hercule, qui portent déjà le dauphin du successeur de Joly.

 

Dauphin

Emile Rousseau

Avr 1974-
Fev 1994

Changement en cours d'année 1994 : la plupart des valeurs se trouvent avec le dauphin ou l'abeille. La série BU porte l'abeille, la BE le dauphin !
Visiblement au moins 2 types de dauphin : un vu de dessus, un vu de coté.

Abeille

Pierre Rodier

Fev 1994-
Fev 2001

Aucune monnaie courante de 2001 ne porte l'abeille de Rodier

Fer à cheval

Gérard Bucquoy

Mars 2001-
2002

Les monnaies de 2001 (derniers francs) et 2002 portent le fer à cheval. Assez curieusement, certaines pièces de 2000 (100 F Panthéon Or) portent le différent de Bucquoy, ce qui donne une indication sur leur date de frappe. Bucquoy sera le dernier à porter le titre de Graveur Général : à partir de 2003, ce titre devient « Chef du Service de la Gravure »

Coeur

Serge Levet

2003

Les monnaies de 2003 portent le coeur (initiales du graveur SL entrelacées).

Cor de chasse

Hubert Larivière

1/7/2003-31/12/2010

L'auteur s'est inspiré de son nom pour la réalisation de ce différent en utilisant un cor de chasse pour le prénom (St Hubert patron des chasseurs), quelques vagues pour le nom (Larivière) agrémenté d'une "ébauche" de poisson en accompagnement de l'eau et également signe zodiacal de l'auteur.

Ce différent figure sur tous les instruments de fabrication créés à partir du 1er juillet 2003 (mais toutes les monnaies de frappe courante de 2003 portent le différent précédent, le coeur de Serge Levet). Il est utilisé jusqu’à fin 2010.


fleurette yves sampo 2011-.jpg

Fleurette

Yves Sampo

Depuis 1/1/2011

Une très belle idée que de réutiliser la fleurette utilisée de 1961 à 2001 sur les monnaies en Franc (1 centime épi) pour signer les gravures effectuées par l’atelier de la monnaie de Paris.
A la place des lettres agmm des épis (atelier de gravure des monnaies et médailles), on trouve, entrelacées sur le même principe, les lettres agpp (qui figurent aussi sur les essais au balancier de Pessac), pour Atelier de Gravure de la Monnaie de Paris et de Pessac, avec en plus les initiales d’Yves Sampo YS entrelacées (source N&C).
Voir article Monnaie Magazine sur Yves Sampo

******************   NOUVEAU
Il n’est pas chef du service de gravure, et à ce titre n’a pas droit à son « différent », mais le très actif et talentueux graveur Joachim Jimenez a droit à son « logo » sur les €uros précieux depuis leur sortie en 2008 :

  

(source : Monnaie de Paris, Numismatique & Change, Forum Eurorare)

 

Différent gauche : Régie des Monnaies

Différent droit : Graveur Général (Chef du Service de la Gravure depuis 2003)

 

 

  HAUT DE PAGE

 

  

 

1 F Morlon 1948 essai

Mentionné dans certains ouvrages comme étant en alu, cet essai n'est connu qu'en cupro-nickel. Qu'en est-il ?

Lien avec la 50 c Morlon 1948 essai cupro récemment découverte ?

La 2 F 1948 essai cupro existe aussi (référencée dans Gadoury 89), on a donc une série complète d'essais en cupro-nickel pour 1948.

 

  HAUT DE PAGE

 

 

100 F Cochet 1959

1 seul exemplaire connu : frappe à 1 exemplaire en épreuve ?? ou frappe en nombre (cf Mazard), retenue dans les stocks de la Monnaie à l'approche du Nouveau Franc, et donc jamais mise en circulation ?

Voici enfin, grâce à Carles-Jongues, la photo de la vraie 100 Francs 1959 :

100 F 1959_revers_tag

+ d’infos en page « 100 Francs »

 

  HAUT DE PAGE

 

 

1 c 1961 pré-série sans le mot essai

Signalée par Gadoury 1989 à 104 ex : ne s'agit-il pas plutôt de l'essai-piéfort 1961 (G 91P) ?

 

 

Récapitulatif des pré-séries de 1c 2c 5c au type épi
(millésimes, métaux, modules)

Ces pré-séries, toutes très rares ou rarissimes, existent visiblement en différents millésimes, métaux et modules, pour chacune des 3 valeurs 1c-2c-5c.

En voici un récapitulatif, précédé d'un rappel des caractéristiques initialement envisagées, et de l'arrêté du 27-7-1961 modifiant ces caractéristiques.

CARACTERISTIQUES des pièces de 1c 2c 5c au type épi :

Dénomination

Diamètre

Tranche

Titre droit (millièmes)

Tolérance titre (millièmes)

Poids droit

Tolérance poids

CARACTERISTIQUES INITIALES

1 centime

14,5 mm

Lisse

Acier inoxydable

-

1,5 g

+/- 0,050 g

2 centimes

16 mm

Lisse

Acier inoxydable

-

2 g

+/- 0,050 g

5 centimes

18 mm

Lisse

Acier inoxydable

-

2,5 g

+/- 0,050 g

ARRETE DU 27-7-1961 portant modification des caractéristiques des pièces de 1c 2c 5c au type épi :

1 centime*

15 mm

Lisse

Acier inoxydable

-

1,65 g

+/- 0,050 g

2 centimes

17 mm

Lisse

Acier inoxydable

-

2,3 g

+/- 0,050 g

5 centimes*

19 mm

Lisse

Acier inoxydable

-

3,4 g

+/- 0,050 g

* ces caractéristiques modifiées sont celles qui ont été adoptées pour la frappe courante (sauf 2c, non suivi de frappe courante)

Ce très intéressant arrêté, qui nous a été aimablement communiqué par notre ami et grand collectionneur D.J., au-delà de l'explication de l'existence des différents modules qui se retrouvent dans les pré-séries, confirme que la frappe de la 2c était encore envisagée à l'été 1961.

De même, on peut déduire que les essais au type épi (1961) ont été frappés autour de cette période et pas avant puisqu'ils sont au module définitif. De plus, la 5c épi ayant pour premier millésime courant 1961, la frappe a donc dû avoir lieu uniquement à partir du 2nd semestre 1961, sauf à anticiper les effets la publication de l'arrêté.

NB : on remarquera que Mazard, dans son livre de référence, en est resté par erreur aux modules initiaux pour la 2c et la 5c (16 mm et 18mm) et à un module a priori inéxistant pour la 1c (14 mm).

 

TABLEAU RECAPITULATIF DES PRE-SERIES EXISTANTES AU TYPE EPI
accès possible à la photo de la pièce sur le site, en cliquant dessus (pièces soulignées uniquement),
retour ici par le bouton "page précédente" de votre navigateur (
¦ ).

Abréviations : pm = petit module, GM = grand module. Les métaux sont en colonne.

 

Type

Millésime

Bronze-alu

Alu

Acier inox

1 centime

Pré-série

1959

x mm Gad

-

-

Essai de frappe

-

-

GM 16,5 mm
(vso Kolsky n° 800)

-

Voir aussi coffret commission monétaire

Pré-série

1960

-

GM 16,5 mm

petit module
module adopté mat
module adopté brillant
GM double revers

14,5 mm
15 mm
15 mm
16 mm

Pré-série

1961 ?

-

-

Signalé par Gadoury à 104 ex, mais n'existe pas selon nous (confusion avec l'essai-piéfort)

ESSAI

1961

-

-

mot essai vertical
avec variante mot essai + bas + à droite
mot essai horizontal Maz

15 mm

15 mm

ESSAI-piéfort

1961

-

-

104 ex piéfort module normal, marqué essai, frappe médaille

15 mm

Piéfort

1962 à 199x

-

-

Acier, argent, or

15 mm

Courante

1962-2001

-

-

15 mm

 

 

Type

Millésime

Bronze-alu

Alu

Acier inox

2 centimes

Pré-série

1959

19 mm

GM 19 mm

GM 19mm (cupro)
acier
alu
bronze

19 mm

Essai de frappe

-

-

(VSO Kolsky n° 799)

-

17 mm

Pré-série

1960

-

Existe ?

Petit module
module normal : ?
double revers

16 mm
17 mm
17 mm

ESSAI

1961

-

-

mot essai horizontal sous le 2

17 mm

Courante

-

-

-

-

 

 

Type

Millésime

Bronze-alu

Alu

Acier inox

5 centimes

pré-série

1959

x mm Gad

Existe ?

-

Essai de frappe

-

-

(VSO Kolsky 798)

-

19 mm

Essai de module

-

-

-

essai de module et de listel
(VSO Kolsky 801)

19 mm

pré-série

1960

-

Existe ?

petit module
module adopté
module adopté (listel fin)

18 mm
19 mm
19 mm

ESSAI

1961

-

-

mot essai horizontal au-dessus des différents

19 mm

ESSAI-piéfort

1961

-

-

104 ex piéfort module normal, marqué essai, frappe médaille

19 mm

Piéfort

1961

-

-

Acier, argent, or

19 mm

Courante

1961-1964

-

-

19 mm

 

  HAUT DE PAGE

 

 

1/2 F 1964 pré-série petit module

Au moins 2 modèles connus :

  • grand module 20,5 mm avec différents (le plus "courant") photo
  • petit module 20 mm sans différents

(le type courant faisant à 19,5 mm)

Existe-t-il d'autres modules ou d'autres combinaisons modules-différents ?

Il existe par exemple un petit module avec différents, avec tranche lisse et légende très proche du listel : il s’agit d’un essai de réduction de diamètre effectué en atelier par rognage d’un grand module.

 

  HAUT DE PAGE

 

 

1 F 1963 Semeuse    NOUVEAU

Une pièce qui n’a pas eu de tirage courant (probablement parceque fin 1962 une bonne partie de l’énorme quantité de 1 F frappées au millésime 1960 n’avait pas encore été mise en circulation), mais pour laquelle nous avons la preuve qu’un coin a été préparé :

Le « plomb » correspondant fait partie de la collection Carles-Jongues, et nous est présenté dans le « Gadoury Essais Monétaires » (GEM 104.23).


photo site carles-jongue

Malgré l’existence du coin, il semble qu’aucune frappe même unitaire n’aurait été effectuée au millésime 1963, selon Carles-Jongues.

 

  HAUT DE PAGE

 

 

5 F et 10 F Semeuse 1969

Annoncé parfois comme pièces uniques, en vérité un certain nombre de "couples" circulent
(au moins 2 couples en vente en même temps en 2003) :
informations sur le tirage et l'origine de ces monnaies ?

NB : voir aussi dans le même style les très intéressantes épreuves au module de 10 F présentées par la VSO Kolsky, sans date, a priori frappées en 1973, pour préparer la sortie d'une 10 F en 1974, qui finalement n'aura pas le type de la Semeuse.
La gravure en est à simple branche d'olivier (idem 1 F) ou à double branche (idem 5 F).
Même la valeur faciale a été effacée ou arasée, et apparaît parfois sur certains exemplaires : 10 ou 2 notamment...

 

  HAUT DE PAGE

 

 

20 F Hercule 1973

Quel nombre d'exemplaires subsiste, certains parmi les 21 ayant semble-t-il été refondus ?

Par ailleurs on nous signale de source sûre l'existence d'au moins 2 exemplaires en or :
qui peut confirmer, photo ?

Et maintenant, découverte fin 2005 d'un article de la presse de l'époque
(France-Soir du dimanche 17 xx 19731),
accompagné de la photo d'une... 20 F Hercule 1974 !!?

 

20 F Hercule 1974 !


Nous essaierons d'obtenir prochainement un agrandissement plus net de cette photo.
Remerciements à notre collègue et ami M. C. pour cette trouvaille.

Cet article paru courant ou fin 1973, annonce la frappe dès le 1er janvier 1974, d'une 20 F Hercule en argent pour remplacer la 10 F.

1La date en haut de l'article est partiellement déchirée : d'après nos calculs, cette date serait le 17 juin 1973, en effet c'est en 1973 le seul mois où un dimanche tombe le 17.

La nouvelle pièce de 20 F aura même taille et même poids que l'écu d'argent2
PLusieurs millions de pièces d'argent de 20 F seront frappées en France dès le 1er janvier 1974. Elles représenteront "le peuple français sous les traits d'Hercule amenant la liberté et l'égalité à se donner la main fraternellement". La taille (41 millimètres de diamètre) et le poids (30 grammes) seront ceux de l'écu français de Louis XV, Louis XVI et de la Convention.
Le ministre de l'Economie et des Finances a annoncé cette décision hier.
La composition de cette nouvelle pièce est faite d'un alliage de 900 millièmes d'argent et de 100 millièmes de cuivre. Il existe aujourd'hui en France xx millions de pièces de 10 F en argent, bien que celles-ci soient, pour la plupart, thésaurisées dans le bas de laine des Français. Depuis janvier 1973, on n'en frappe plus de nouvelles.

2 un journal moins révérencieux aurait plutôt titré :
"La nouvelle pièce de 20 F aura quasiment même taille et même poids que l'actuelle pièce de 10 F."
Mais le public ne fut pas dupe, et vit immédiatement que la pièce de 50 (même plus 20 !) Francs qu'on lui proposait était à peine plus lourde que l'ancienne pièce de 10 F. Ou comment toucher du doigt la crise et l'inflation galopante de l'époque.

*******

Cet article fait suite à l'annonce du ministre de l'Economie de l'époque, VGE, de la décision de frapper cette pièce en 1974 (l'article est d'ailleurs curieusement rangé en pages "Politique"...). Les photos et informations doivent provenir du service de presse du ministère ou de la Monnaie de Paris, qui en profite pour "faire passer la pilule" sur le remplacement d'une pièce de 10 F par une pièce de 20 F à peine plus lourde (30 g au lieu de 25 g), et "faire de la publicité" à sa future pièce, y compris en interne pour que la pièce se fasse rapidement.

Il y eut en effet des délais et des hésitations : après les essais frappés par Joly, on sait de source sûre que l'autorisation de frappe n'a été donnée qu'en juillet 1974, pour être finalement remplacée presque immédiatement par une autorisation pour la 50 F 1974, qui sera frappée au différent de Rousseau (dauphin), mise à disposition du public en fin d'année et incluse dans la boite FDC annuelle.

On peut mettre celà sur le compte des incertitudes économiques de l'époque (1er choc pétrolier en 1973, et entre autres renchérissement subit du prix des métaux précieux), peut-être du changement de Graveur Général à la Monnaie (Rousseau remplace Joly en avril 1974), et du changement politique qui allait intervenir, même si le ministre de l'Economie de mars 1974 sera le président de la République d'avril 1974, et que ce projet de pièce de 20 F semblait lui tenir à coeur, si l'on en croit la vox populi numismatique : celle-ci croit savoir que ledit président conserva pour son usage personnel nombre d'exemplaires de l'essai de 20 F 1973 en argent, essais qui lui auraient été au final dérobés en son château... Bien mal acquis etc.

*******

Mais nous nous égarons, revenons à l'article :

que dire de cette photo, en un temps où le numérique et ses tours de passe-passe n'existaient pas ? Les photo-montages étaient quand même possibles, tant pour produire des maquettes, que pour des manipulations qu'on connut par exemple en URSS (disparition et réapparition de personnages sur les photos officielles, selon qu'ils étaient en disgrâce ou réhabilités).

Et si l'on observe attentivement la photo, on voit plusieurs défauts majeurs :

 le 2 de "20 FRANCS" ne semble pas sur le même plan que le 0 qui suit, il semble plus en relief. Ce "2" n'est pas aussi "gras" que celui de la 20 F 1973. Il peut s'agir d'un agrandissement du 2 final caractéristique d'une 10 F 1972.

 De même, le 4 de 1974, bizarrement placé, peut provenir d'une 10 F 1964.

Le millésime est au final un peu patraque, tout est de traviole et semble peu compatible avec la frappe d'une pièce de prestige, qu'on souhaite promouvoir auprès du public.

 On remarquera aussi que, curieusement, les différents sont placés comme sur la pièce de 10 F, à 6 h, et pas comme sur la 20 F 1973 et 50 F 1974 au centre de la couronne.
Le millésime est aussi placé comme sur la 10 F, au centre, et non à 6 h comme sur la 20 F 1973 et la future 50 F.
Comme si cette "maquette" de 20 F 1974 avait été faite avant, ou ignorant, les essais de 20 F 1973.

Si le journal date bien de juin 1973, cette maquette a pu être faite à partir de photos de 10 F Hercule, et les essais n'être frappés qu'au 2nd semestre, après l'autorisation du ministre, ce qui est vraisemblable.

*******

Sur l'existence de cette pièce, il y a du pour (annonce du ministre, article du journal, ...) et du contre (pièce non signalée dans les archives, jamais vue, photo douteuse...).
Tant qu'elle n'aura pas été confirmée, nous ne pourrons pas considérer qu'elle existe.
Mais nous n'avons pas non plus de preuve qu'elle n'existe pas !

On peut continuer à rêver...

Amis collectionneurs, retraités de la Monnaie de Paris ou de la Commission Monétaire,
votre aide nous serait précieuse pour y voir plus clair,
si à l'époque vous avez eu vent de ce projet et qu'il vous est resté en mémoire.

 

  HAUT DE PAGE

 

 

1 F Semeuse 1990 piéfort argent - Les piéforts

Gadoury 89 est la principale source d'information sur les piéforts.

Il faut d'abord mettre à part les ESSAIS-PIEFORTS, frappés en général la même année que l'essai correspondant, également avec le mot essai, mais au double d'épaisseur et en frappe médaille (voir par exemple la 20 F 1952 essai-piéfort). Le tirage était généralement de 104 exemplaires pour la Vème République. La dernière sortie semble être la 5 F 1970.

Les PIEFORTS quant à eux, initialement utilisés comme instrument de travail par les monnayeurs, sont devenus, entre 1960 et au moins 1992, un domaine de collection à part entière, servi par une production de très bonne qualité de la Monnaie de Paris, parfois abondante (plusieurs milliers de pièces, par exemple à la création d'une nouvelle monnaie), parfois rarissime : certains piéforts étaient tirés à 5 exemplaires les dernières années.

En général, les piéforts ont été frappés l'année de sortie de la pièce (ils sont alors mentionnés par Mazard), puis en 1968 et généralisés à partir de 1971, en métal courant, argent, or et parfois platine.

Pourtant, vu peut-être les prix d'émission élevés, et en conséquence la difficulté de constituer une collection plus ou moins complète, la cote des piéforts, sauf exception, est faible au regard du tirage, même lorsqu'il n'existe que 5 exemplaires de la pièce !!
Nouvelle preuve que la notion de rareté est fonction du tirage, mais bien sûr aussi de la demande...

Gadoury 89 est très précis sur ce domaine des piéforts... de 1960 à 1984 :
il indique non seulement le tirage de chaque pièce dans chaque métal, mais aussi le nombre réellement vendu, les invendus ayant été détruits par la Monnaie de Paris à l'automne 1986.

A partir de 1984, on n'a que les tirages théoriques, qui vont s'amenuisant d'année en année, mais pas le nombre réellement vendu et restant.

Enfin, année de parution du Gadoury oblige, pas de renseignement après 1989.

A partir de 1986 (peut-être avant),
les piéforts portent le mot "PIEDFORT" gravé sur la pièce.

La frappe a continué après 1989, mais jusqu'à quand ?
Nous connaissons des piéforts de 1990, et notre correspondant Thierry nous signale des piedforts datés de 1992 :


Assez curieusement, ce coffret contient
100 Francs, Panthéon, 30 g
100 Francs, Jean Monnet, 30 g
5 Francs, 22,8 g
2 Francs, 17,8 g
1 Francs, 13,7 g
1/2 Francs, 11 g
20 Centimes, 10 g
10 Centimes, 7,6 g
5 Centimes, 5 g
1 Centime, 4,4 g
donc pas de 10 F Génie ni de 20 F Mont Saint Michel...

Précision intéressante, il nous indique aussi que les coins utilisés pour les piedforts de Semeuse à partir de 1991, sont ceux des BE, à savoir une Semeuse stylisée.

Il nous signale aussi une curiosité sur sa 2 Francs 1988 piedfort en argent, il manque la barre supérieure sur le "E" de "PIEDFORT" :

Coin bouché ou erreur de gravure se retrouvant sur toutes les 2 F 88 piedfort ?
(possible, vu le tirage de 50 ex seulement)

--> détail de la frappe des piéfort à partir de 1990 ? dernière année de production ?
--> détail des piéforts réellement vendus de 1984 à l'année de fin ?
--> quels sont ceux qui portent le mot "piéfort" (au moins de 1986 à 1990) ?
toutes les pièces de ces années portent le mot piéfort, quel que soit le métal ?

NB : on relève semble-t-il quelques erreurs dans le Gadoury 89 section piéforts :
- 1 F 1979 : quantité vendue supérieure au tirage
- 5 F 1970 : indiquée avec le mot essai dans les 3 métaux, alors que l'essai-piéfort en nickel est indiqué sans le mot essai !! Nous pensons qu'il faudrait inverser ces 2 informations.
- 2 F 78 argent : s'il existe, un très intéressant piéfort puisqu'antérieur à la 1ère année de frappe de la 2F.
A contrario, Gadoury ne mentionne pas d'essai-piéfort pour la 2 F 1978. Qu'en est-il ?

Une curiosité aussi dans le catalogue de vente CGB VSO de mai 2002 (reproduite dans la VSO CGF XXIII de décembre 2004) : tous les piéforts sont titrés "essai-piéfort", et celà est répété sur tous les exemplaires présentés, soit plus de trente fois ! Or le terme essai-piéfort est en principe réservé aux monnaies décrites au 1er §, qui portent le mot essai et marquent en général le début de fabrication du type (sauf pour les 10F, 20F et 50 F Guiraud, dont l'essai-piéfort existe pour 1950 et 1952).

Petite statistique sur les résultats de cette vente illustrant le manque d'attrait des piéforts auprès des collectionneurs, bien qu'ils se rencontrent assez rarement en vente : sur 38 piéforts en vente ici,
- 12 invendus (32 %)
- 18 vendus au prix de réserve (47 %)
- 8 au-dessus du prix de réserve (21 %), dont 5 atteignent ou dépassent l'estimation. La plupart étant des piéforts en or, à faible tirage, entre 20 et 100 ex. Il faut tout de même remarquer que le prix atteint dans la même vente, par exemple par le piéfort 10 F 68 or à 50 ex est comparable à la pré-série 10 F 64 SPL, soit entre 2200 et 2300 euros.

... mais dans près de 80 % des cas, 0 ou 1 personne seulement sont intéressés par les piéforts récents en France et Navarre...
Pourtant le prix de réserve se situait assez bas, à peu près à 50 % de la cote du Gadoury.
Les piéforts obtiennent ainsi des résultats très inférieurs aux résultats habituels de ces catalogues de ventes (83 % de monnaies vendues pour l'ensemble de cette vente).

 

  HAUT DE PAGE

 

 

Essais d'€uros

Où sont les pré-séries et essais d'euros ??

La moisson s’enrichit ainsi que les connaisances sur le sujet.
La France a abandonné sa tradition de frappe d’essais marqués ESSAI,
au profit de frappes Pessac au balancier "au module de",
avec notamment

*      le coffret complet d'étude des 9 modules d'€ de 1992 (1 c à 5 €),

*      un second coffret avec 8 modules (1c à 2€),

*      la série d’ essais d’alliage au module de 1 € avec poinçons A à M,

*      2 types principaux d’essais Pessac au balancier, avec de nombreuses variantes intermédiaires de métal ou de tranche

*      La série de specimen Birmingham (1997)

*     et les training token, specimen pour aveugles (2001)

Mise à part la série de specimen Birmingham, seule série avec le design de la face commune (1er type mai 1997) qui soit marquée SPECIMEN,
on ne connaît pas d’exemple de pièce d’essai avec design adopté et clairement identifiée comme telle, pour présentation aux autorités par exemple.

Notre hypothèse est que, passée la mise au point des modules, les frappes d’essai sont des frappes de tête « banalisées » sans inscription distinctive.

En effet, si des pièces d’essai à marque distinctive existaient, il est étonnant qu'il n'y ait eu aucune fuite, vu le nombre de pays (et probablement de décideurs) concernés...

L’avenir démentira-t-il cette hypothèse ?

Pour + d’infos consultez nos pages forum/essais.

 

  HAUT DE PAGE

 

 

Série BU mini-€uros Pays-Bas 2002

Il s'agit d'une série de mini-pièces d'€ (voir photo), frappée en 2002 a priori à 2 000 ex par la Monnaie Royale des Pays-Bas, mais dont la commercialisation a semble-t-il été brusquement interrompue, et les séries restantes détruites,
sur injonction de la BCE.

Voici le communiqué de la Monnaie Royale des Pays-Bas,
et sa savoureuse traduction automatique (merci Yahoo).
On comprend tout de même le sens général.
Si un de nos visiteurs connaît le néerlandais...

En néerlandais :

Arrêt production mini-set 2002

Productiestop

14 november 2002

Na het succes van de mini-muntset met de Nederlandse muntreeks op miniformaat introduceerde de Koninklijke Nederlandse Munt in Muntpers 47 een mini-muntset met euromunten op 50%van de ware grootte. Hoewel het vakmanschap waarmee deze mini-euro 's zijn vervaardigd in brede kring bewondering oogst, hebben wij helaas moeten besluiten de verkoop en levering van dit product te stoppen.

Dit besluit is genomen omdat op Europees niveau twijfel is gerezen ten aanzien van de interpretatie van Europese regelgeving die betrekking heeft op dit product. Omdat de Koninklijke Nederlandse Munt geen risico wil lopen om de regelgeving mogelijkerwijs te overtreden, is de eerder ingestelde opschorting van de verkoop omgezet in een totale verkoop -en leveringsstop. Het spijt ons als wij u als verzamelaar hiermee teleurstellen. Indien u een mini-euromuntset besteld heeft, bent u inmiddels persoonlijk op de hoogte gebracht. Natuurlijk zullen wij ook in de toekomst interessante en vernieuwende producten voor de verzamelaars blijven ontwikkelen.

Source : site monnaie des Pays-Bas mai 2004 (archives 2002)

En français "yahooisé"
(on préfère presque le néerlandais) :

Le top de production 14 novembre 2002 après le succès mini-muntset avec la série de monnaie néerlandaise sur miniformaat a introduit la monnaie néerlandaise royale dans la presse de monnaie des de 47 mini-muntset avec les monnaies d'euro sur 50%van le vrai hauteurs.

Bien que le rayon de spécialiste avec lequel cet euro 's a été fabriqué dans le large cercle l'admiration récolte, nous avons dû malheureusement décider la vente et la livraison de ce produit d'arrêter . Cette décision a été prise parce qu'au niveau doute européen on s'est dressé vis-à-vis de l'interprétation de la réglementation européenne qui concerne ce produit.

Comme la monnaie néerlandaise royale ne veut pas marcher d'enfreindre éventuellement de risque pour la réglementation , la suspension plutôt instituée de la vente a été transformée en totale la vente - et le bouchon de
livraison. Il regrette nous si nous vous décevons en tant que collectionneur . Si vous avez commandé un euromuntset, il vous est apportés personnellement entre-temps. Naturellement nous aussi à l'avenir intéressante et les produits rénovateurs pour les collectionneurs continuent à développer.

 

  HAUT DE PAGE

 

 

La naissance de la Semeuse d'Oscar Roty

La première gravure connue de la Semeuse par Oscar Roty date de 1887 dans le cadre d'un projet de médaille destinée au Ministère de l'Agriculture (maquette en cire présentée par le Musée d'Orsay à Paris, exposition "La République et ses images").


Oscar Roty (1846-1911) La Semeuse 1887 Cire sur ardoise
Source : http://www.circ-ien-strasbourg7.ac-strasbourg.fr/guppy/file/Hist_des_arts_lettre.pdf

 

Projet de 1896 (photo © Fondation Roty)

La Semeuse fit sa première apparition sur des monnaies en 1897 (50 c et le très bel essai de 5 F 1898, cf ci-dessous).

Après une réapparition sur nos pièces en nouveaux Francs,
elle figure encore aujourd'hui sur nos monnaies de 10 cent, 20 cent et 50 cent,
avec une gravure stylisée.

Les timbre-poste à l'effigie de la Semeuse, ont été également utilisés pendant plusieurs années en France mais également dans les Colonies :

la Semeuse est devenue au fil du temps un symbole de la République et de la France.

Oscar Roty a également été un grand graveur de médailles. Le musée qui lui est dédié a été crée par son fils. Une collection de Semeuse, riche de près de 84 pages d'album y est notamment exposée.

Musée Oscar Roty : 3 place du petit Cloître, 45150 JARGEAU (tel 02 38 59 80 13)
site internet :
http://www.coeur-de-france.com/roty.html

Ci-dessous un article relatant la naissance et le modèle de la Semeuse.

Numismatique & Change Janvier 2004

M. Pierre Chantereau, Conservateur du Musée Oscar Roty, nous apporte les précisions suivantes :

Je trouve sur votre site un article (non daté) [de] monsieur LOHYN intitulé "l'origine de la Semeuse".

Cette monnaie est sortie fin 1897, et le modèle n'a pas pu être Charlotte Ragot, qui a cessé de poser en 1890.

En ce qui concerne Rosalina Pesce (le nom est souvent mal orthographié), c'est plus compliqué.

J'ai eu de nouvelles informations l'an dernier, que je relate dans un article sur le site "oscar-roty.fr"

et où je tire quelques conclusions provisoires.

En tout cas le Petit Larousse se trompe aussi dans cette affaire, qui fait toujours parler.

 

 

La 5 Francs Semeuse essai 1897/1898

 

Cet essai créé par Oscar Roty, 1ère pièce à l’effigie de la Semeuse, est devenue mythique, et chacune de ses apparitions en vente publique est un événement.

Pourtant, le premier projet de Roty pour cette pièce de 5 Francs, projet daté de 1897,
n’avait pas la Semeuse pour modèle, mais à l’avers une torche (différent du Graveur Général Auguste Patey, en poste depuis 1896), et au revers un balancier de justice.

Ce premier projet sera retoqué pour 2 raisons : une 1ère raison technique, à savoir que les plats et reliefs de l’avers et du revers étaient trop concordants, et ne pouvaient techniquement être réalisés.
La 2nde raison, plus politique, est que le balancier de la Justice parut aux autorités
immobile et entravé…


1er projet d’Oscar Roty pour la pièce de 5 Francs en argent

Un très intéressant article fut publié en 1899 par la Revue Belge de Numismatique sur cette 5 Francs de Roty, ainsi que sur d’autres sujets numismatiques de l’époque (l’interdiction du patinage des monnaies, les frappes pour l’Exposition Universelle de 1889, …).
Accéder à l’article (format PDF / Adobe Reader).

Roty se remit au travail, et accoucha de la célèbre Semeuse, immédiatement adoptée pour la série des pièces d’argent 50 centimes (à partir de 1897) puis 1 Franc et 2 Francs (à partir de 1898).

 

5 F 1898_fondation oscar roty_tag.jpg
5 F 1898 Essai © Fondation Roty
cliquez sur la photo pour agrandir

Voici l’exemplaire de la Fondation Roty,  photo aimablement communiquée par le Conservateur, M. Pierre Chantereau.

Cependant la 5 Francs Semeuse grand module Argent, avec son impressionnant module de 37 millimètres (celui des écus de 5 Francs de l’époque), ne vit pas le jour en raison de la fin des accords dits de l’Union Latine et à l’opposition des pays signataires de cette Union monétaire. Seuls subistent à ce jour ces magnifiques essais.

 

Outre la reprise du motif de la Semeuse sur les pièces d’argent de l’époque, durant plus de 20 ans,
le motif de la Semeuse sera repris pour des essais de métal en 1920,
des piéforts en argent de 1 franc et 2 francs en 1927,
puis en 1959 pour les pièces du Nouveau Franc, lui apportant un lustre et une force dans l’esprit de tous ceux qui avaient connu les francs en argent du début du siècle.
La Semeuse sera présente sur les pièces de ½ Franc, 1 Franc et 5 Francs sans discontinuer de 1959 à 2001, avec même des essais grand module de 10 F en 1969 et en 1973.

Enfin, la Semeuse connaît depuis 2002 une 3ème vie, avec sa version stylisée sur les pièces de 10 cent, 20 cent et 50 cent d’euro.

image001.jpg

 

  HAUT DE PAGE

 

 

 SUITE DU FORUM :
Les coffrets des Commissions Monétaire et le Coffret d'essais au module de l'€

nouveau ! inédit

 

 CONTACT

 www.monnaies-rares.com